Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

slogan-bas

Articles

  

gaspillage alimentaire

JOURNÉE RÉGIONALE D'INFORMATION ET D'ÉCHANGE

Bilan de la journée du 16 juin 2016

Le CESER

ceser› Le Conseil Économique, Social et Environnemental Rhône-Alpes (CESER) est la deuxième assemblée régionale. Son rôle est consultatif. La qualité de ses productions, largement reconnue, résulte en partie de la grande capacité d’écoute qui y règne.
› La FRAPNA est représentée au CESER par Sophie D’Herbomez-Provost, Georges Erome et Raymond Faure.
Georges Erome préside la Commission « Environnement & Transition énergétique  » et occupe un poste de Vice-président délégué et Raymond Faure celui de Vice-président.
› La FRAPNA occupe ainsi un rang identique à celui de certains syndicats et notre présence au sein du Bureau renforce incontestablement notre position.
› A noter : depuis 2014, la Commission «Environnement» travaille sur une contribution relative à l’Education à l’Environnement et au Développement Durable qui sera présentée en assemblée plénière lors du dernier trimestre 2015.



LA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DU CONSEIL REGIONAL
AUVERGNE RHÔNE-ALPES



› LA FRAPNA LANCE UN APPEL POUR COMPENSER LES REDUCTIONS DE SUBVENTIONS DE LA REGION


› Pourquoi la FRAPNA fait appel à vous ?

Auvergne-Rhône-Alpes Biodiversité: la Région préfère les chasseurs aux «bobos des villes» (AFP)

La région Auvergne-Rhône-Alpes juge les chasseurs plus légitimes sur la biodiversité que «les bobos des villes» et propose à ce titre de nouer avec eux un partenariat inédit, doté d’une subvention de près de 3 millions d’euros sur trois ans.

Ce projet de partenariat avec la Fédération régionale des chasseurs, «une première» en France selon la région, sera soumis au vote en Assemblée plénière jeudi 22 septembre. Dans le même temps, le nouvel exécutif régional, dirigé par Laurent Wauquiez, par ailleurs président par intérim des Républicains et député de Haute-Loire, a baissé considérablement les subventions accordées aux associations de protection de l’environnement ou de l’agriculture paysanne et biologique.

«Ils le valent bien comme dit la publicité. Car il y a deux façons de voir la ruralité, la préservation de la biodiversité, l’aménagement du territoire: soit on le voit du côté des bobos des villes, soit on discute avec les acteurs du monde rural qui connaissent le territoire parce qu’ils le pratiquent tous les jours et tous les week-ends lorsqu’ils chassent», justifie Philippe Meunier, vice-président délégué notamment à la chasse et à la pêche, interrogé mercredi.

«Notre ligne c’est: pas de monopole dans la protection de la biodiversité», a-t-il insisté ajoutant qu’il planchait sur un projet similaire avec les pêcheurs.
Du "clientélisme" selon la gauche «Alors que le budget de l’environnement a été réduit de 30%, avec ce partenariat, on est dans l’impudeur et le clientélisme assumé», a réagi mercredi Jean-François Debat, chef de file de l’opposition socialiste dans la région.

«Cela va trop loin. C’est de la politique à la hache, avec large financement clientéliste des chasseurs ou des défenseurs de l’agriculture intensive et un assèchement de tous les protecteurs de la nature. Nous remettrons cette délibération en cause demain lors des commissions et le 22 septembre en assemblée plénière», explique de son côté Monique Cosson, présidente du groupe du Rassemblement citoyens, écologistes et solidaires dans un communiqué.

Selon le document que l’AFP a pu se procurer, ce partenariat doit permettre notamment de faire un état des lieux de certaines espèces dans la région, mettre en place des dispositifs de «piège photo» pour tenter de mieux recenser le loup ou le lynx, aider les chasseurs à limiter les dégâts occasionnés par le gibier et éduquer à l’environnement.

A titre de comparaison, la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), principal acteur de l’éducation et la défense de l’environnement dans la région, a vu sa subvention réduite de 50% en 2016 à 385.000 euros.


› Aidez la FRAPNA : cliquez ICI pour soutenir nos actions


› + d'infos
→ Donner plus de moyens aux chasseurs dans la préservation de l'environnement, bonne idée? - BFM TV
→ Pour protéger sa biodiversité, Auvergne-Rhône-Alpes préfère les chasseurs aux « bobos » - Le Monde 
→ Biodiversité: la Région préfère les chasseurs aux «bobos des villes» - Le Progrès 
→ Biodiversité : Auvergne-Rhône-Alpes préfère les chasseurs aux "bobos des villes" - La Montagne
Liste non exhaustive

   Suivre sur Facebook Suivre sur Twitter Suivre sur Google Suivre par RSS